En dehors de mes activités de chef de cuisine, et même si je privilégie les tables de ma famille, c’est toujours avec infiniment de plaisir que j’aime à m’attabler chez mes consoeurs et confrères du canton. Depuis des années, Genève a bien su mettre en avant les produits de son terroir et son vignoble propose des vins composés d’une large palette de cépages s’associant à une qualité irréprochable. Il est donc naturel que le niveau de la restauration ait suivi grâce à un réel engouement pour la gastronomie de la part de la clientèle.

Si j’ai accepté d’être le Parrain du guide « Tables Ouvertes », c’est d’abord pour me donner l’occasion de m’exprimer sur certaines idées reçues mais qui ont hélas marqué les esprits. Depuis quelques années, la table a commencé à se démocratiser, à s’ouvrir à chacune et à chacun. Certains mythes sont désormais révolus, certaines époques des interminables et fastidieux repas aussi. On le doit d’abord aux profonds changements de notre société car aujourd’hui, la maîtresse de maison n’est plus attachée à sa batterie de casseroles ! Elle veut gérer son emploi du temps et cela passe aussi par un lunch avec ses amies.

Le mythe du déjeuner où seuls les notables font bombance appartient aussi au passé ! C’est là toute la valeur de ce Guide puisque chacun, ou presque, aujourd’hui va au restaurant et surtout multiplie les occasions de s’y rendre. Le repas « rituel » a cédé le pas au repas « plaisir » !

Si en plus le rapport qualité/prix est au rendez-vous, cela apportera au guide « Tables Ouvertes » sa pleine justification et il sera désormais l’organisateur de vos déjeuners sur Genève.

Bonnes découvertes, bon appétit et rappelez-vous que le plaisir de la table est de tous les âges, de toutes les conditions et de tous les jours ; il peut s’associer à tous les autres plaisirs, et reste le dernier pour nous consoler de leur perte.

 

Philippe Chevrier

chef Domaine de Châteauvieux, Satigny GE